Accueil arrow Articles arrow Utilité des Anges et des Archanges
Accueil
Galerie
Illustrations
Oeuvres sur papier
Saint Paul de Vence : chapelle Saint Charles et Saint Claude
Contacts
Saint Paul de Vence : chapelle Saint Charles et Saint Claude
Notre-Dame de la Mer . Cagnes sur Mer
Utilité des Anges et des Archanges
Utilité des Anges et des Archanges


I

Dés leur naissance -événement inexpliqué et toujours discret- on doit pouvoir observer, de part et d’autre de l’axe spinal, une excroissance osseuse située à la hauteur des omoplates.

II

La taille réelle des anges est difficile à déterminer du fait de la rareté de l’observation et, partant, du défaut d’études statistiques.

III

On connaît avec certitude la division de leur société en trois hiérarchies, elles-mêmes subdivisées en trois chœurs. Ainsi, la première hiérarchie comprend les Séraphins, les Chérubins et les Trônes ; les Dominations, les Vertus et les Puissances forment la deuxième et enfin la troisième avec les Principautés, les Archanges et les Anges. Une fonction particulière est assignée à chaque membre de ces groupes et il est possible à un individu de cumuler deux natures, c’est-à-dire qu’un  Archange peut être aussi un Séraphin. Ce qui rend très difficile d’établir un organigramme précis.


IV

Effectivement, le sexe des anges est incertain. De deux choses l’une : ou bien est-ce parce qu’ils volent trop vite et que cette vélocité rend impossible toute certitude, ou bien est-ce parce qu’une fois au sol, ils aiment s’envelopper d’amples vêtements par pudeur ou par souci esthétique.

V

S’ajoutant aux délicats problèmes de l’articulation des ailes et des bras, de la non-rigidité des vertèbres et de la pneumaticité des os, la forme, le nombre et la couleur de leurs plumes sont variables, voire totalement différents selon les auteurs.

VI

La manière dont s’habillent les rares sujets observés semble commune à l’espèce : goût pour le vêtement simple, plus proche de la chlamyde et du pallium que du veston croisé  (à noter l’absence quasi-systématique de culotte ou de caleçon attestée à maintes reprises car il est souvent possible de constater leur nudité postérieure, ce qui, pour autant, ne renseigne pas, compte tenu de l’éloignement, sur la nature exacte de leur sexe, voir supra), tendance à porter ample et mou, ce qui, selon l’avis de nombreux scientifiques, est contestable eu égard aux lois de l’aérostatique élémentaire ; enfin, et dans tous les cas, rejet de la combinaison de cuir et du casque souple, pourtant apanages des aviateurs.
Paul Conte
Aix en Provence  1993

 
< Précédent   Suivant >
22-07-2017
© Thierry Schwartz, concepteur Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Motorisé par Joomla!.