Accueil arrow Saint Paul de Vence : chapelle Saint Charles et Saint Claude
Accueil
Galerie
Illustrations
Oeuvres sur papier
Saint Paul de Vence : chapelle Saint Charles et Saint Claude
Contacts
Saint Paul de Vence : chapelle Saint Charles et Saint Claude
Notre-Dame de la Mer . Cagnes sur Mer
Saint Paul de Vence : chapelle Saint Charles et Saint Claude
Index de l'article
Saint Paul de Vence : chapelle Saint Charles et Saint Claude
Page 2
Le cadre de l'action, tout d'abord...


Imaginez, dans un très beau pays,













... un merveilleux chemin, boisé et odorant, bordé à

distance de calmes bâtiments dont les murs parfois lui

offrent un adossement idéal...















et avec, de-ci de-là, les somptuosités habituelles de la

nature ...

























... et, au milieu de ce chemin, une jolie petite

chapelle, tout droit échappée d'une crèche, comme

étonnée d'être arrivée là et d'avoir trouvé une si bonne

place, au premier rang d'une loge si convoitée...















...la chapelle saint Charles et saint Claude!


Le lieu de l'action, maintenant...

 

Un projet extraordinaire (nous l’appelions il progètto…), inespéré tant le fait est

rare et précieux : la décoration d’une chapelle confiée, offerte à un peintre…

Pensez donc ! Les noms, les lieux, les images, tout se bouscule, tourbillonne,

inquiète et rend ivre. De bonheur et d'appréhension…

Tout commença le 18 septembre 2011, un dimanche déclaré Journée du

Patrimoine
… Guidé par la chaude amitié de
Dominique Lafforgue, je découvrais

(un niçois, ça sort peu… et moi en particulier) à travers les vitres de sa porte close



le lieu où j’allais vivre une passionnante aventure… Fort improbable

par ailleurs, ce jour-là !
 
Dès cette première rencontre, un sentiment véritablement amoureux

envahit mon esprit, sorte de coup de foudre, de coup de croix, plutôt...

Le projet était certes de taille et fort inhabituel à ma pratique, mais

l'amour rend certainement irraisonnable (aveugle serait trop gênant

pour un peintre...) et les bonnes raisons eurent tôt fait d'éclipser -

momentanément- les craintes.

Les proportions, tout d'abord, honnêtes cependant dans leur modestie,

semblaient convenir parfaitement : l'amoureux invétéré des petits

formats, du non finito, du fragment, devait pouvoir trouver son compte

malgré l'immense différence entre ces "petits murs" et la feuille de

papier.

Ensuite, la présence de deux saints, celle de saint Charles avant tout,

devait achever de me convaincre de tenter l'aventure (il était hors de

question pour moi d'envisager que ce Charles ne fût pas le grand

Charles Borromée, celui dont j'étudie depuis tant d'années et avec une

passion toujours attisée l'époque et le milieu romain).

Une grande question cependant se posait : comment décorer une

chapelle en 2012 ? À cette interrogation d'importance, j'ai consacré un

texte éponyme, joint ci-aprés...

Mais il est un temps pour tout, et celui du peintre-peignant était venu..

Ainsi, fort d'un projet (ilprogètto...) qui prend forme, je décide enfin de

prendre crayons et pinceaux.

Deux croquis donc, un pour chaque façe des murs, rapidement élaborés

sur papier, devaient donner aux autorités, religieuses et municipales (Mr.

le Curé et Mr. le Maire) une idée de ce que je voulais faire :











L'action, enfin..!


En cours d'élaboration, encore un petit peu de patience...



Décorer une chapelle en 2012 ?…

 

Chapelle Saint Charles et Saint Claude

Saint Paul de Vence

 

- Décorer une chapelle en 2012 ? vous demandez-vous avec la pertinence qu’on vous

connaît…

Quelle que soit la liberté revendiquée par l’artiste, une obligation s’impose impérativement :

la peinture d’église doit être narrative.

Cette exigence est dictée par l’histoire et la tradition. À l’extrême fin du VIe siècle, en 599,

Séréno, évêque de Marseille, demande à Grégoire le Grand s’il peut faire représenter des

images dans les églises (les fondements de la religion chrétienne, le christianisme dogmatique

étaient, à cette époque, déjà bien implantés dans le monde romain ; cependant l’aspect

purement cultuel et l’usage des symboles avaient encore besoin d’être précisés, normalisés).

Saint Grégoire répond qu’il est nécessaire d’utiliser la peinture dans les églises afin de

permettre aux analphabètes de lire sur les murs ce qu’ils ne sont pas capables de déchiffrer

dans les manuscrits*. Cette injonction, une fois dépassé son aspect purement ecclésiastique,

fut capitale : elle définissait, ni plus, ni moins, le rôle du peintre  dans la société occidentale…

Alors que la peinture de l’Antiquité se bornait le plus souvent à un aspect décoratif (il y a

certainement une signification mystique aux Noces Aldobrandines, mais l’exemple est si rare,

au milieu de tant de paysages, de jardins imaginaires et de grotesques à l’invention

extravagante et à but uniquement ornemental), voici, d’un coup, d’un seul, le peintre promu

maître de l’image, gardien de la mémoire (certes, il partage cette dernière fonction avec le

chroniqueur, mais encore faut-il savoir lire pour se référer à celui-là…) ; le peintre

observateur des faits et gestes du prince, des mœurs de la société… Le beau cadeau, en vérité,

proposé par un des géants de la patristique à ces obscurs artisans ensembliers, faiseurs

jusqu’alors de "petits mickeys", en quelque sorte… Quel avenir grandiose, quelle immense

perspective Grégoire a-t-il dévoilés à la culture occidentale : imposer au peintre une telle

mission était lui imposer d’avoir du talent, voire du génie ! Plus tard, l’invention de la

photographie, puis surtout sa vulgarisation, changeront irrémédiablement la fonction du

peintre. Il ne lui sera plus assigné la nécessité du témoignage (le reporter s’en chargera avec,

si ce n’est plus de crédibilité, du moins plus d’instantanéité), mais bien plutôt les manières

allusives de la poésie. Le peintre serait-il redevenu le décorateur habile à distraire et à faire

rêver ? Mais ceci est une autre histoire…

Le principe ainsi posé d’une peinture narrative, le sujet s’imposait par la double dédicace du

monument : saint Charles et saint Claude**. Cependant, la stature de ces deux saints étant on

ne peut plus dissemblable, je ne pouvais imaginer traiter pareillement les deux évocations.

D’un côté, un grand personnage de la Curie romaine du XVIe siècle (c’est tout dire…),

cardinal, archevêque de Milan, artisan important de la Contre Réforme, Charles Borromée.

En "face", saint Claude, évêque jurassien du VIIe siècle (604 (?)-699 (?)), dont on ne sait pas

grand-chose (il est ignoré de La Légende dorée de Jacques de Voragine…). Une telle disparité

entrainait une différence stylistique dans la narration même, ainsi que la création de deux

modes d’évocations aussi distincts que furent les vies des deux protagonistes, leur

personnalité et la trace laissée dans l’imaginaire (encore les images !!!), c’est-à-dire dans

l’Histoire. À témoignages différents, styles différents… En presque un millénaire, non

seulement la manière de peindre avait  changé, mais aussi la façon de relater les faits, de

rendre édifiante une vie d’homme, fut-elle d’un saint. Là où la représentation d’un évènement

marquant, un symbole, suffisait certainement au spectateur du XVIe siècle pour enclencher

les mécanismes de l’évocation, les épisodes complets d’une vie, ou du moins, une succession

 
de séquences chronologiquement compatibles, étaient requis par le lecteur d’images du haut

Moyen Age.

 

Évocation de saint Charles Borromée.

Cardinal, et archevêque de Milan, c’est le personnage vêtu de rouge.

Le thème principal constituant une sorte de suggestion libre et arbitraire d’une action de la vie

de saint Charles (il en fit de nombreuses et très remarquables) : alors que la peste ravage

Milan en 1576, Charles demande aux prêtres de revêtir la blouse des infirmiers : cette

compétence devant assurément les aider à donner la communion aux pestiférés avec

beaucoup moins d’appréhension que les prêtres non médecins, peu familiarisés avec la

maladie et les techniques de prophylaxie....  Et comme en matière d’enseignement rien ne

vaut l’exemple, l’archevêque en personne (il sera suivi, quelques décennies plus tard, par Mgr

de Belsunce lors d’une autre peste, celle de Marseille), réconforte, soigne administre les

sacrements aux malades.

 

Le Pilier des enfants

"Je peux essayer ?" me demanda une petite fille à qui je montrais comment on prépare la

couleur et comment on l’applique sur le mur… Ainsi  le Pilier des enfants prit naissance par

un beau et chaud matin du mois de Juillet 2012. Je recevais la visite des élèves de l’école

primaire de La Colle sur Loup, localité voisine de Saint Paul de Vence. Accompagnés de

leurs maîtres et de parents bénévoles, ils venaient voir un peintre au travail et, à l’initiative

imprévue d’une petite camarade, ils se prirent au jeu, me demandant qui du jaune, qui du

bleu, qui du vert… Cette participation improvisée des enfants (des enfants-visiteurs

complétèrent l’œuvre tout au long de l’été…) à la décoration de la chapelle en constitue pour

moi, et pour beaucoup d’autres âmes sensibles, une des parties les plus émouvantes et

précieusement conservées…

 

Enfin, dernière scène décorative de ce mur, les deux donateurs, Charles Raymond et Claude

Barcillon (voir en annexe le texte de Mr René Vialatte) présentent  la maquette de la chapelle

à un groupe d’ecclésiastiques (dont un cardinal, Charles, et un évêque, Claude).

Évocation de saint Claude.

Ainsi que déjà exprimé, j’ai ici fortement privilégié une narration et sa continuité. Mon sujet

étant, non pas de rappeler un fait remarquable de la vie d’un grand saint, mais, m’inspirant de

la manière des représentations médiévales, de raconter une vie, justement comme l’aurait fait

Jacques de Voragine s’il ne fut pas, en l’occurrence, défaillant… La légende dorée…

Légende, du latin legenda, chose qui doit être lue ; ça tombait bien !


De gauche à droite donc, la ligne du haut, puis celle du bas…

Épisodes de la vie de saint Claude, selon une chronique tardive : il naît à Salin en 604 d’une

famille patricienne et chrétienne. Il est militaire à 20 ans. À cet âge, il quitte l’armée pour

devenir clerc au chapitre de la cathédrale de Besançon, dont le siège épiscopal est occupé, en

ce temps, par saint Donat.  Passionné par l’étude des Écritures, il devient higoumène (à peu

prés, chef des prêtres. Ce titre existe encore dans la religion grecque orthodoxe). Il refuse, par

deux fois, lors d’indispositions de Donat, le trône épiscopal. Fait historique marquant, son

entrevue avec le roi Clovis II, neveu du grand Clovis, roi de Neustrie et d’Austrasie, premier

des Rois fainéants (on a affublé ces malheureux souverains mérovingiens de ce peu glorieux

adjectif car ils préféraient se déplacer en chariots tirés par des bœufs plutôt qu’à cheval,

dit-on…). Roi et higoumène devaient, sans doute, avoir besoin l’un de l’autre : le roi faible

qui recherche l’appui d’un prêtre puissant, le prêtre pour l’attribution de prébendes. La mort

de saint Gervais, alors évêque de Besançon, entraînera ipso facto la nomination  de Claude à

la fonction épiscopale. Désigné  ainsi malgré lui, il ne portera que quelque temps la mitre,

préférant aux lourdes obligations que la vie séculière de l’époque imposait aux prélats, le

calme du couvent, propice à l’étude, à l’enseignement et à la méditation. À l’Abbaye de

Saint-Oyend-de-Joux, il enseigne la règle de saint Benoît. Très âgé et pris de faiblesse, il

demande à être transporté une fois encore en la cathédrale de Besançon. Assis sur le trône

épiscopal, il lève les bras au ciel et meurt.

 

Au-dessus des deux évocations principales, quatre cartouches évoquent, inspirés par

l’évangile selon saint Luc***, des épisodes de la vie de Jésus : l’Annonciation, Jésus devant

les docteurs de la Loi, Jésus devant Pilate, la crucifixion.

 

L’intrados est orné de petits fragments décoratifs, d’épisodes divers tirés de l’Ancien et du

Nouveau Testament (Moïse, les trompettes de Jéricho, l’adoration du Veau d’or,

l’Annonciation…), mais également de scènes évoquant l’Antiquité romaine, peut-être…

 


C’était tout pour 2012.

 

Juin 2013… je n’y tiens plus ! Je dois retourner dans "ma" chapelle****, y entreposer encore

échelles et pigments, pinceaux et jerricans d’eau. J’ai encore tant à lui dire…

Paul Conte

Octobre 2013

(à suivre, sans doute…)

 

* Cette idée est toujours présente en filigrane dans la Lettre du Pape Jean-Paul II aux artistes

du 4 avril 1999.

 

** « C’est en 1695 que l’évêque de Vence, Mgr Cabannes de Viens consacra cette chapelle,

laquelle venait d’être édifiée sous la co-fondation de Charles Raymond et de Claude

Barcillon dont les prénoms ont motivé la double titularité attribuée au sanctuaire. Ces deux

personnages qui appartenaient à des familles de notables saint-paulois avaient constitué un

capital en prévision de l’entretien et de la desserte de leur chapelle…
 »

 René Vialatte.
 

Gazette de Saint-Paul n°77

 

*** Pourquoi saint Luc ? Parce qu’il est le patron des peintres et des médecins (saint

Charles…) ; parce qu’il est le compagnon de voyage de saint Paul et que nous sommes à

Saint Paul de Vence… Parce qu’enfin saint Luc est, selon la tradition l’auteur des Actes des

Apôtres. Cette dernière qualité me semblant, et de loin, l’emporter sur les autres pour

l’illustrateur avide de sujets…

 

**** Lors de l’inauguration de mes modestes décorations, le 4 novembre 2012, jour de la fête

de saint Charles, monsieur le Curé, et monsieur le Maire de Saint Paul de Vence m’ont fait le

grand honneur et l’immense plaisir de me remettre officiellement la clé de la chapelle, me

permettant ainsi le libre accès  à un des lieux où ma vie artistique  affirma un sens…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Décorer une chapelle en 2013 ?…

 

 

Juin 2013… N’y tenant plus donc, me voici à nouveau devant cette porte, débarquant mon

matériel, retrouvant à l’intérieur cette odeur indéfinissable, si particulière à ce lieu et qui

m’est si chère ; touchant, caressant à nouveau les murs que ma peinture recouvre, collant ma

joue à leur surface afin qu’une vision frisante me décèle les redoutables boursouflures de

l’humidité. Aucun endroit est atteint, je me rassure définitivement (la bonne blague… quel

peintre serait rassuré définitivement ?)  en changeant d’angle, de position… Rien à signaler :

j’ai été un élève consciencieux, respectant les conseils et les consignes que d’autres peintres,

des vrais*, ont eu la générosité de me prodiguer alors que je me trouvais devant un mur

étranger et sur la peau duquel j’allais tracer une œuvre durable...

Désirant laisser libre de toute décoration le mur auquel est accolé l’autel (celui-ci de forme

galbée, typique du XVIIIe siècle est de dimensions très importantes, couvrant presque toute la

longueur du mur ; de plus, l’espace situé au-dessus du tabernacle est occupé par un tableau

ancien, médiocre mais ancien, ce qui lui donne un droit d’occupation indéniable), il me restait

le côté opposé, au-dessus et de part et d’autre de la porte d’entrée. Une bien belle surface, et

haute…
    

Si j’avais volontairement conçu la décoration des collatéraux comme des frises, des phrases

faites pour la lecture, cette fois, je voulais monter jusqu’au plafond.

Ayant déjà traité ce qui me semblait essentiel à la décoration de la chapelle (à savoir les vies

de deux dédicataires et des épisodes de la vie de Jésus), je pensais pouvoir continuer, avec la

même liberté (la liberté du créateur… encore une bonne blague !), ce que j’avais esquissé sur

les murs de l’intrados : un ensemble de clins d’œil où chacun pourrait penser qu’ils leur sont

adressés.

C’était compter sans saint Luc… je l’avais tant cité, j’avais tant évoqué sa présence qu’il se

rappelait maintenant à mon bon souvenir. Je choisirai donc dans les Actes mes sujets. On

reconnaitra (du moins, je l’espère), entre autres, une conversion de saint Paul, la tempête et le

naufrage, la guérison d’un impotent…

Le phénomène de l’ascension des saints représentant pour moi un sujet d’intérêt et d’étude

pour le moins redondant (avec les cortèges et les porteurs d’offrandes… allez savoir

pourquoi !), je me devais d’y consacrer évidemment la partie haute de la voute. Le sommet de

la porte formant une délimitation logique à la composition de ma scène d’ascension, je traçais

de ce point la ligne horizontale de sol duquel s’élèvera mon saint. Cette frontière due, de

manière heureuse, à la configuration des lieux m’offrait naturellement, dans l’arrondi de la

voute, deux espaces en forme d’écoinçon : j’y plaçais deux anges musiciens, comme les

Romains plaçaient à ce même endroit de leurs arcs de triomphe, des victoires ailées…

Paul Conte

Mars 2014

 

 

 

 

 

 

* Concernant les murs, les vrais peintres sont les peintres du bâtiment, c’est-à-dire les artisans

qui ont une réelle et pragmatique connaissance des fonds maçonnés, des enduits et des types

de peintures qui leur conviennent. Avant de commencer la décoration de la chapelle, j’avais

sollicité les conseils éclairés d’un grand spécialiste, Didier Lebon. Je ne le remercierai jamais

assez, tant sa disponibilité et sa compétence me furent précieuses…

Récemment, lors de la réalisation des peintures murales de l’église Notre-Dame de la Mer à

Cagnes, j’ai eu la chance de rencontrer le peintre Daniel Chalmin et de bénéficier de son

expérience irremplaçable.

 

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

http://www.paulconte.fr








 
< Précédent   Suivant >
24-09-2017
© Thierry Schwartz, concepteur Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Motorisé par Joomla!.